29 novembre 2008

DBers: Caramel Cake - Sneak Pic




I did it.. just in time!!
Want to know more about this challenge and how it came up..?
Check out su,day for more details ;)




27 novembre 2008

Mini-Cakes Coco Eclats de Chocolat


Noix de coco et chocolat: une formidable et délicieuse association de goûts qui peut à mon avis se révéler désastreuse si la balance n'est pas respectée. Trop de noix de coco rendrait le gâteau trop friable, moins tendre et trop entêtant alors qu'il suffit de peu pour que son goût et son parfum imprègnent le gâteau en délicatesse et en parfaite harmonie avec le chocolat présent.

Inspirée au départ par la recette du cake au coco et pépites de chocolat de Sophie Dudemaine dans son célèbrissime Les Cakes de Sophie, je vous propose ma recette mise au point et éprouvée par des petites bouches (et grandes) pas toujours faciles à contenter dans une version mini, moelleuse, au léger goût de noix de coco sublimé par des éclats de chocolat fondants.

C'est simple, ce gâteau est devenu un classique chez moi, rapide à réaliser qui a fait fondre même les plus réticents à la noix de coco.. et ce n'est pas peu dire!!
A votre tour de jouer!!


(pour 6 mini-cakes ou 1 grand cake)

  • 4 oeufs
  • 250g de sucre
  • 200g de crème liquide ou Nutrifil
  • 300g de farine
  • 7g de levure chimique
  • 150g d'huile neutre type tournesol
  • qs de rhum (facultatif)
  • 60g de noix de coco râpée
  • 100g d'éclats de chocolat noir

Préchauffer le four th 6 (180°C). Beurrer et fariner 6 mini moules à cakes ou 12 grand standard.

Dans un grand saladier, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange devienne bien mousseux. Ajouter la crème, fouetter pour la mélanger à l'appareil puis ajouter la farine et la levure et les incorporer dans les liquides avec une cuillère en bois. Mélanger jusqu'à ce que la pâte soit lisse sans grumeaux.

Verser l'huile petit à petit (et le rhum si vous l'utilisez) en continuant à mélanger jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Ajouter la noix de coco, mélanger puis incorporer les éclats de chocolat noir.

Répartir la pâte dans les moules, enfourner et cuire environ 35 min ou jusqu'à ce qu'un cure-dents introduit au centre du gâteau ressorte propre.

Laisser tiédir avant de démouler.



Ce gâteau se conserve parfaitement bien et reste moelleux pendant plusieurs jours grâce à l'huile et à la crème qui entrent dans sa composition.

25 novembre 2008

Dan's Garlic Bread - Le Pain à l'Ail Confit de Dan

Pain à l'ail de Dan Lepard Version le pétrin
Il y a tout ce que j'aime dans ce pain depuis le mode de préparation jusqu'au résultat final: un pain à la croûte croustillante et parfumée et une mie alvéolée légère et moelleuse truffée d'ail confit caramélisé. C'est simple, ce pain est une gourmandise à lui seul et se laisse dévorer sans accompagnement en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire. Ou peut-être avec une salade de tomates.. ou avec une huile d'olive nature ou aromatisée avec de la fleur de sel et des herbes de provence.. ou des pommes de terre au four... ou un poulet rôti.. ou une viande en sauce.. Oui, de la sauce pour y tremper le pain encore et encore!!
La technique?? simple et efficace: une préfermentation pour des arômes plus développés, de l'huile d'olive pour une mie souple et moelleuse, une longue fermentation entrecoupée de rabats et de "tours" (qui n'est pas sans rappeler celle de ma baguette de tradition) qui donnent à la pâte souplesse et élasticité et à la mie sa texture légère et aérée.
Je l'adore tout autant que Dan Lepard qui non content de continuer à m'inspirer beaucoup depuis longtemps m'a fait l'honneur d'une citation dans The Guardian online parmi une foule de pâtissiers/boulangers/chefs dont certains sont pour moi de vrais héros!! Si vous lisez et parlez la langue de Shakespeare, je vous conseille fortement la lecture de cet article dans lequel sont recensés les trucs et astuces de pâtisserie pour dépenser mieux et moins particulièrement en cette veille de fête et pourquoi pas poster à votre tour sur cet article vos meilleurs trucs...?!

En attendant, c'est avec plaisir que j'envoie ce pain à Susan pour le Yeastspotting de la semaine.


Mie du Pain à l'ail(pour 3 pains moyens)


Pour le préferment
  • 200g de farine T55 ou 65
  • 1 cc de levure sèche instantanée
  • 200ml d'eau à 35-38°C

Pour l'ail confit en réduction de balsamique
  • 3 têtes d'ail
  • 2 cs d'huile d'olive
  • 50ml d'eau
  • 1 cs de vinaigre balsamique
  • 2 cs de sucre
  • 1 cc de sel
  • 1/ cc de poivre noir
  • 1 brin de romarin frais ou de thym
Pour la pâte
  • 225ml d'eau tempérée
  • 325g de farine T65
  • 10g de fleur de sel
  • 75ml d'huile d'olive


CLIQUER ICI POUR UN TUTORIAL PAS A PAS


Préparation du levain-levure

Dans un saladier moyen, mélanger la farine et la levure puis verser l'eau tiède. Mélanger avec une cuillère en bois pendant quelques minutes pour que le mélange soit homogène et aéré.

l'Astuce de Dan: pour obtenir de l'eau à la bonne température, mélanger 100ml d'eau bouillante avec 200ml d'eau froide et prélever la quantité nécessaire.

Couvrir avec du film alimentaire et laisser fermenter pendant 1h. Mélanger rapidement avec la cuillère en bois pour redistribuer du substrat aux levures, couvrir et laisser fermenter encore 1h.

Le levain-levure doit doubler de volume et être parsemé de grosses bulles en surface.



Préparation de l'ail confit


Ail confit pour le pain de Dan Lepard
Edit 20.08.09: photo participant à l'édition Allium de CLICK



Détacher les gousses des têtes d'ail et les placer dans une petite casserole. Couvrir complètement avec de l'eau bouillante (directement de la bouilloire), placer sur feu moyen et laisser frémir pendant 3-4 min.
Egoutter les gousses, les remettre dans la casserole et les faire tremper dans l'eau froide quelques minutes. Eplucher les gousses (la peau argentée doit glisser toute seule).

Mettre l'huile à chauffer dans une grande poêle, ajouter les gousses d'ail pelées et les faire dorer quelques minutes en prenant garde qu'elles ne brunissent pas (ail brûlé = ail à jeter!!).
Mélanger l'eau et le vinaigre balsamique dans un petit verre puis verser dans la poêle avec le sucre, le sel, le poivre et le romarin (version Dan) ou le thym (ma version).
Laisser cuire pendant 5 min jusqu'à ce que le jus de cuisson épaississe et prenne la consistance d'un caramel et que les gousses d'ail deviennent tendres (tester avec la pointe d'un couteau).
Transvaser dans un bol pour refoidir. Réserver.


Pour la pâte

Verser l'eau dans un grand saladier, ajouter le préferment récupéré avec une corne ou une maryse et le délayer en l'écrasant avec les doigts (comme ici-clic) jusqu'à ce qu'il devienne grumeleux.
Ajouter la farine et le sel et mélanger avec la main en malaxant la pâte et en la soulevant pour la décoller et bien amalgamer tous les ingrédients.

A ce stade, la pâte est très collante, élastique et hétérogène. Nettoyer avec une maryse les parois du saladier, récupérer la pâte collée à la main avec une corne ou une maryse, et l'ajouter à la pâte dans le saladier. Couvrir avec un torchon propre et laisser reposer 10 min.

Note: cette étape est importante pour donner le temps à la farine d'absorber au maximum l'humidité

Verser 2 cs d'huile d'olive sur la pâte et l'étaler sur toute la surface avec le plat de la main. Huiler un peu sa main, placer ses doigts sous la pâte et la tirer vers le haut avant de la reposer. Continuer à procéder de la même façon en faisant tourner le saladier au fur et à mesure du travail jusqu'à ce que la totalité de la pâte ait été étirée.

A la fin de ce travail, la pâte est déjà plus homogène et plus lisse, des bulles apparaissent sous la surface et elle commence à prendre du corps. Couvrir le saladier avec un torchon et laisser reposer 10 min.

Verser et étaler 2 cs d'huile d'olive comme précédemment et recommencer le travail d'étirement de la pâte sur toute sa surface en procédant rapidement, 10-12 sec pour éviter des déchirures de la pâte. Couvrir le saladier avec un torchon et laisser reposer 10 min.

Huiler le plan de travail avec 1 cs d'huile d'olive et y transvaser la pâte en s'aidant de sa main huilée. Pétrir la pâte normalement pendant seulement une quinzaine de secondes puis la retransvaser dans le saladier. Couvrir avec un torchon et laisser reposer 30 min.

Tranches de Pain à l'ail
Huiler à nouveau le plan de travail avec 1 cs d'huile d'olive et y transvaser la pâte. Etirer délicatement la pâte sur les côtés de manière à former un rectangle d'environ 30 cm de long (grand côté parallèle au plan de travail). Replier la pâte en portefeuille en rabattant le côté droit vers le centre du rectangle puis le côté gauche par-dessus. Refaire un pliage en portefeuille mais cette fois en partant du petit côté bas vers le centre et en rabattant le petit côté haut par-dessus.

La pâte doit avoir la forme d'un carré souple et rebondissant comme un coussinet.

Transvaser la pâte dans le saladier, couvrir et laisser reposer 30 min.

Huiler encore le plan de travail avec 1 cs d'huile d'olive et y transvaser la pâte. Etirer délicatement la pâte sur les côtés de manière à former un rectangle d'environ 30 cm de long et 20 cm de large.
Répartir la préparation à l'ail confit sur les 2/3 de la longueur de la pâte. Rabattre le 1/3 nu de la pâte vers le centre pour recouvrir la moitié de l'ail confit puis une nouvelle fois pour refermer le rectangle et masquer complètement l'ail.
Plier la pâte en portefeuille en partant du petit côté bas de manaière à ce que la pâte forme un carré au final.

Remettre la pâte dans le saladier, couvrir et laisser reposer 30 min.

Essuyer le plan de travail avec du papier absorbant pour éliminer les traces d'huile et fariner légèrement. Transvaser la pâte sur le plan de travail et l'étirer comme précédemment en un rectangle de 30 cm x 20 cm. Replier 2 fois en portefeuille comme ci-dessus: une fois sur la longueur puis une autre fois sur la largeur.

Remettre la pâte dans le saladier, couvrir et laisser reposer 30 min.

Transvaser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné et refaire 2 plis en portefeuille comme au tour précédent. Remettre la pâte dans le saladier, couvrir et laisser reposer 10 min.

Préparer une couche pour l'apprêt: garnir une grande plaque de cuisson avec un torchon propre et fariner généreusement ce dernier.
Transvaser la pâte sur le plan de travail fariné et la découper en 3 morceaux identiques (~350g). Déposer les morceaux face coupée dessus sur la couche en repliant le torchon entre les morceaux de pâte de manière à les empêcher de coller entre eux.
Couvrir et laisser reposer 45 min.

Pendant l'apprêt, préchauffer le four th 6-7 (200°C) en ajoutant un récipient rempli d'un verre d'eau au dernier niveau du four pour créer une atmosphère humide. Préparer une ou deux plaques à pâtisserie selon la taille en les saupoudrant de farine ou de semoule de maïs.

Délicatement et rapidement, transvaser les pains sur la plaque en les soulevant par les extrémités (attention à ne pas les manipuler trop sous peine de les dégazer). Espacer les pains d'au moins 7 cm.

Enfourner et cuire 20 à 30 min ou jusqu'à ce que les pains aient pris une belle couleur dorée caramel et que le dessous sonne creux. Refroidir sur une grille.

Source: adapté de la recette de Dan Lepard, Baking with Passion

20 novembre 2008

Symphonie d'Automne: Tatin aux Poires Pochées


A part la tarte aux pommes, je ne connais pas de recette automnale plus rustique, gourmande et confortable que la tarte tatin. Lorsque les restaurateurs la proposaient (il y a des siècles) sur la carte des desserts, elle attérissait imanquablement dans mon assiette... avec de la crème chantilly, s'il vous plait!
Malgré cela, c'est probablement la tarte maison que je prépare le moins souvent: je suppose qu'il est plus rapide et simple de couper des pommes en tranches et de les placer sur un fond de pâte pour une tarte aux pommes classique que de précuire les pommes dans un caramel.. sans parler de la manipulation après cuisson qui peut virer au cauchemar!!
Et pourtant, c'est une recette encore plus longue à préparer que je vous propose ici, moins classique il est vrai puisque préparée non seulement avec des poires mais avec des poires pochées au vin et aux épices!! Mais la gourmandise demande parfois des efforts et quand on croque dans cette tarte parfumée, fruitée et caramélisée, on a vite fait d'oublier!
On parie??

(pour un moule à manqué de 25 cm)


Pour la Pâte brisée arrangée
  • 250g de farine T55
  • 1 pincée de sel
  • 30g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 125g de beurre froid coupé en cubes
  • 1 cs de crème liquide ou épaisse
  • 70 à 80ml d'eau glacée

Pour les Poires pochées
  • 300g de vin rouge
  • 300g d'eau
  • 150g de sucre
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 gousse de vanille fendue et grattée
  • 3 clous de girofle
  • 1 étoile de badiane
  • 6 belles poires type Conférence

Pour le Caramel
  • 150g de sucre
  • 60g de beurre tempéré


Préparation de la Pâte brisée arrangée
(voir aussi ici-clic pour les astuces)

Dans un grand saladier, mélanger la farine tamisée avec le sel, le sucre et le sucre vanillé. Ajouter le beurre froid coupé en petits morceaux et mélanger du bout des doigts ou avec 2 couteaux pendant 2 ou 3 minutes ou jusqu'à l'obtention d'un mélange grumeleux dans lequel les morceaux de matière grasse sont toujours visibles.
Verser la crème liquide et mélanger au couteau en ajoutant l'eau froide au fur et à mesure puis à la main jusqu'à ce que la pâte soit souple mais non collante.

Former une boule avec la pâte et l'écraser en disque épais. Envelopper de film alimentaire et placer au réfrigérateur au moins 30 min.

A ce stade, vous pouvez conserver la pâte au frais pendant 4 à 5 jours ou la congeler.


Pour les Poires pochées au Vin et épices


(cliquer sur la photo pour la préparation)

Après pochage, les poires seront conservées dans le sirop pendant une demi-heure le temps de préparer le reste ou tout simplement retirées immédiatement de la marmite, égouttées et conservées sur du papier absorbant pour qu'elles soient bien sèches avant utilisation.


Pour le Caramel

Dans une casserole à fond épais, verser le sucre et poser la casserole sur feu moyen. Laisser cuire sans mélanger jusqu'à ce que le sucre commence à caraméliser et à prendre de la couleur. Remuer de temps en temps la casserole pour homogénéiser la caramélisation et continuer à cuire jusqu'à ce que le caramel ait pris une couleur ambre foncé un peu rouge (contrôler sur fond blanc en prélevant une goutte de caramel). Le caramel doit commencer à sentir... le caramel!

Dès que le caramel a atteint la bonne couleur, verser le beurre dans la casserole pour décuire et mélanger jusqu'à obtention d'un caramel lisse et homogène.

Verser avec précaution le caramel dans le moule à manqué posé sur une plaque à pâtisserie.


Assemblage de la Tarte tatin


Préchauffer le four th6-7 (200°C). Sortir la pâte du réfrigérateur.

Couper les poires pochées en 2, les évider délicatement avec une cuillère parisienne (à défaut avec une petite cuillère) et les déposer face coupée dessus sur le caramel en prenant soin de les serrer le plus possible.

Etaler la pâte sur un plan de travail fariné sur une épaisseur de 0,5 à 0,8 cm. Découper un cercle de 3 à 4 cm plus large que le diamètre de votre moule. Déposer la pâte sur les poires en prenant soin de bien la centrer puis rabattre les bords vers l'intérieur du moule avec les doigts (s'ils sont fins et délicats) ou avec le plat d'un couteau à beurre (ou un autre ustensile qui ne déchirera pas la pâte).
Faire un ou deux petits trous avec la pointe d'un couteau à la surface de la pâte et enfourner immédiatement. Cuire 30 à 35 min ou jusqu'à ce que la pâte ait une couleur bien dorée et que le caramel sur les bords du moule soit de couleur brune.

Placer sur une grille à la sortie du four. Préparer une grande assiette de service de préférence avec rebords (du jus de cuisson encore liquide et très chaud va s'échapper au moment de retourner la tarte tatin, mieux vaut prendre des précautions!!).
Placer l'assiette de service retournée sur le moule et retourner le moule d'un coup (avec des gants!). Si des poires se sont un peu déplacées pendant la manip, remettez-les gentiment en place.

Servir la tarte tatin encore chaude ou tiède avec de la crème fraiche épaisse, de la chantilly ou une boule de glace à la vanille.

La tarte tatin est meilleure consommée le jour même car les jus de cuisson et le caramel ont tendance à ramollir la pâte et à la rendre un peu cartonneuse. Si vous n'avez pas assez de bouches à nourrir, partagez-la avec vos voisins ou faites-la réchauffer quelques minutes le lendemain avant de jouer les prolongations gourmandes.



Merci à Jayne pour son inspiration, ses photos délirantes de gourmandise et son humour!

19 novembre 2008

Poires aux Epices Couleur d'Automne - Prélude en Tatin Majeur


Du bonheur de redécouvrir des desserts simples, classiques et élégants.

Fruit de saison, couleur vive et chaude en prélude aux jours froids à venir, parfums d'épices envoutants annonçant les fêtes de fin d'année.

Un zeste de citron, des quartiers d'orange, du gingembre, de la cardamone, moins de girofle, plus de badiane, un vin moelleux, rouge ou blanc voire du champagne.. c'est vous qui choisissez!

C'est si bon de faire simple quand on pourrait faire compliqué...


(pour 6 poires)

  • 300g de vin rouge (ici Cabernet Sauvignon)
  • 300g d'eau
  • 150g de sucre
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 gousse de vanille fendue et grattée
  • 3 clous de girofle
  • 1 étoile de badiane
  • 6 belles poires type Conférence


Verser le vin et l'eau dans une grande marmite, ajouter le sucre et mélanger. Ajouter les épices et porter à ébullition jusqu'à dissolution complète du sucre.

Peler les poires en conservant la queue et tailler la base sur 0,5 à 1 cm pour que les poires puissent se maintenir à la verticale.

Astuce: épluchez les poires avec un rasoir à légumes pour conserver une forme bien arrondie!!

Plonger les poires dans le sirop de vin épicé et ajouter suffisamment d'eau pour couvrir. Laisser pocher à petits frémissements pendant 20 min ou jusqu'à ce que les poires soient tendres (le temps de pochage dépend du degré de maturité du fruit: vérifier la cuisson avec la pointe d'un couteau).

Retirer la marmite du feu, couvrir et laisser refroidir à température ambiante.

Réserver plusieurs heures ou la nuit au frais pour que les poires puissent s'imprégner du parfum des épices et prendre une belle coloration rouge automne.



Pour servir, retirer délicatement les poires du sirop avec une large spatule ou une écumoire et les placer dans une coupe ou une assiette de service. Faire réduire le sirop de moitié sur feu vif, laisser refroidir puis verser sur les poires pochées. Servir avec des tuiles aux amandes, de la crème fouettée nature ou parfumée, une boule de glace à la vanille, une crème anglaise, des feuilles de chocolat noir, des madeleines, des amaretti, des biscuits à la cuillère.. enfin, vous voyez ce que je veux dire!!


En ce qui me concerne, je n'ai servi mes poires pochées avec.. rien!! J'ai préféré les utiliser pour faire ça:


Vous voulez la recette???

17 novembre 2008

Couleur Raisin: des Noix, du Pain, du Vin et...


Si comme moi vous êtes grand amateur de pain aux noix, vous succomberez sans aucun doute à ce pain nourrissant à la croûte épaisse et croustillante et à la mie tendre et moelleuse généreusement truffée de morceaux de noix. Sa particularité: il est pétri au vin rouge qui donne au pain une subtile saveur corsée mais surtout une étonnante couleur pourpre comme un grain de raisin.
Accompagné d'un bon fromage et d'un verre de vin rouge, d'un feu de cheminée en hiver ou d'un lit d'herbe les jours d'été, c'est l'état de grâce assuré!
Et puisque le thème de l'édition en cours du Bread Baking Day organisé par Boaz est Les Pains Colorés, je ne pouvais pas mieux choisir que ce pain pour participer et en rajouter sans complexes une couche sur le cliché du Français vivant au pays du pain, du vin et du fromage!!


(pour un pain de 500g)

  • 200g de farine T55 ou T65
  • 100g de farine complète T110
  • 2 cc de levure sèche instantanée
  • 1 cc de sel
  • 50g de cerneaux de noix (1)
  • 125ml de vin rouge (ici Cabernet Sauvignon)
  • 75ml d'eau
  • 2 cs d'huile d'olive
  • 100g de cerneaux de noix (2)


Dans un grand saladier, mélanger les farines avec la levure sèche, ajouter le sel et mélanger.

Dans un blender ou avec un mixer plongeant, broyer les noix (1) avec le vin, l'eau et l'huile d'olive jusqu'à obtention d'un liquide épais et lisse. Verser ce liquide dans le saladier, ajouter les noix (2) et mélanger jusqu'à formation d'une boule de pâte qui s'enroule autour de la cuillère et qui se détache des parois du saladier.


Récupérer la pâte collée à la cuillère avec une maryse ou une corne, l'ajouter à la pâte et travailler rapidement celle-ci à la main directement dans le saladier juste assez pour la former en boule collante.
Couvrir le saladier avec un linge propre et laisser reposer la pâte pendant 10 min.

Huiler légèrement le plan de travail ainsi que les mains. Transvaser la pâte sur le plan de travail et la pétrir pendant 15 à 20 sec. La replacer dans le saladier, couvrir avec un linge et laisser à nouveau reposer pendant 10 min.
Répéter l'opération de pétrissage court, remettre la pâte en boule dans le saladier, couvrir et laisser reposer environ 1h15 ou le temps que la pâte double presque de volume.

Transvaser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné et la dégazer partiellement en appuyant doucement avec la paume de la main. Façonner en miche ou en pain ovale et placer sur une plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé. Couvrir et laisser reposer environ 1h.

Préchauffer le four th 7 (210°C). Vaporiser un soupçon d'eau à la surface du pain, saupoudrer d'un voile de farine tamisée pour un look rustique et inciser en quadrillage.

Enfourner et cuire environ 45 min en tournant le pain à mi-cuisson pour une cuisson homogène. Le pain est cuit quand il prend une couleur caramel foncé et qu'il sonne creux en tapotant le dessous.
Refroidir sur une grille.


J'en profite pour envoyer ce pain à Susan pour sa revue hebdomadaire YeastSpotting.

Source: adapté de la recette de Dan Lepard publiée dans The Guardian

13 novembre 2008

Plus qu'Un Goût de Paradis


Peut-on faire mieux qu'un goût de Paradis (clic)??
Le site d'où est tirée cette recette la définit comme "le rêve des amoureux du chocolat devenu réalité". Pff... même pas vrai: c'est encore mieux!!
Un coeur moelleux de noix de coco reposant sur un lit sablé chocolaté et nappé d'une ganache tendre au chocolat. Que voulez-vous que je dise de plus..?!
Rien.

(pour 24 pièces)


Pour la base biscuitée chocolatée
  • 80g de chocolat noir 66%
  • 80g de beurre tempéré
  • 70g de sucre
  • 1 oeuf
  • 150g de farine
  • 2 cs de cacao en poudre non sucré

Pour la garniture à la noix de coco
  • 225g de noix de coco râpée
  • 400g de lait concentré sucré (ou Nutrifil sans lait)
  • 2 oeufs
Pour le glaçage chocolat
  • 50g de beurre
  • 150g de chocolat noir


Pour la Base biscuitée au chocolat

Préchauffer le four th 6 (180°C). Beurrer légèrement un plat rectangulaire de 16 cm x 26 cm et le garnir de papier sulfurisé.

Note: je n'avais qu'un plat de 12 x 22 cm sous la main mais j'ai quand même utilisé toute la préparation. Résultat: la base sablée est beaucoup plus épaisse qu'elle ne le devrait.. mais qui s'en plaindrait..? Il suffit de présenter en bouchées plutôt qu'en tranches et voilà!

Hâcher grossièrement le chocolat et faire fondre doucement sur un bain-marie en mélangeant e temps en temps jusqu'à ce que le chocolat soit lisse. Réserver hors du feu.

Dans un grand saladier, travailler le beurre tempéré et coupé en morceaux avec une cuillère en bois pour lui donner une consistance pommade puis ajouter le sucre et fouetter jusqu'à ce que le mélange soit pâle et crémeux. Ajouter le chocolat fondu, mélanger puis ajouter l'oeuf légèrement battu et bien mélanger avec la cuillère en bois.
Tamiser la farine et le cacao directement au-dessus du saladier et mélanger jusqu'à ce que la pâte soit homogène (elle sera épaisse et grumeleuse).
Verser la pâte dans le plat et la tasser en la pressant avec la paume de la main en tachant d'effectuer des pressions régulières pour obtenir une surface plane.

Enfourner et cuire environ 15 min ou le temps que la pâte soit ferme au toucher. Réserver.


Pour la Crème à la noix de coco

Dans un bol moyen, fouetter grossièrement les oeufs puis ajouter le lait concentré (ou la Nutrifil) et la noix de coco râpée. Mélanger de façon homogène puis verser cette préparation sur la base biscuitée au chocolat en l'étalant le plus régulièrement possible.
Enfourner et laisser cuire environ 25 min ou jusqu'à ce que la noix de coco prenne une légère coloration dorée. Refroidir à température ambiante.


Pour le Glaçage au chocolat

Concasser grossièrement le chocolat.
Mettre le beurre coupé en morceaux dans une casserole moyenne et faire fondre sur feu moyen.
Dès que le beuure est entièrement fondu, mettre à feu doux et ajouter le chocolat concassé. Mélanger sans arrêt jusqu'à ce que le chocolat soit complètement fondu et que la préparation soit lisse et brillante.
Verser le glaçage sur la préparation biscuit/noix de coco non démoulée en veillant à être le plus régulier possible pour un glaçage uniforme.
Laisser prendre au réfrigérateur (min 30 min) avant de démouler et de couper en bouchées ou en tranches.



Source: adapté de Taste.com.au (une recette de Gemma Purcell publiée dans Australian Good Taste, Sept 2007). Thank you Chanit!!!

10 novembre 2008

Cookies Moelleux au Potiron & Eclats de chocolat


A première vue, rien ne semble distinguer ces cookies des traditionnels cookies américains aux pépites de chocolat: recette et mode de préparation semblables, même aspect si ce n'est l'addition gourmande de chocolat fondu... Mais oubliez deux minutes la vue du chocolat dégoulinant et concentrez-vous sur la couleur des cookies... vous ne rêvez pas, ils sont bel et bien orange!!
Orange comme la purée de potiron qui entre dans leur composition et qui leur donne non seulement sa couleur mais surtout une texture très très moelleuse, presque celle d'un gâteau (les anglo-saxons diraient cakey) et qui reste identique même après plusieurs jours de conservation.
Mais me direz-vous: les cookies, ce sont des biscuits moelleux à l'intérieur mais croustillants à l'extérieur..? Pas de soucis: le chocolat fondu en refroidissant apporte l'indispensable touche croquante et rend ces cookies encore plus irrésistibles. Irrésistibles!!


(pour une trentaine de cookies)

  • 200g cassonade
  • 120g beurre tempéré
  • 1 oeuf
  • 150g purée de potiron (clic)
  • 1 cc extrait de vanille liquide
  • 350g farine T55
  • 1 cc levure chimique
  • 1 cc bicarbonate de sodium
  • 0,5 cc sel
  • 1 pincée de piment de jamaïque
  • 150g éclats ou pépites de chocolat

Préchauffer le four th 6 (180°C).

Dans un saladier, travailler rapidement les morceaux de beurre avec une cuillère en bois pour le rendre grossièrement crémeux. Ajouter le sucre et battre l'ensemble jusqu'à ce qu'il devienne mousseux.
Ajouter l'oeuf, la vanille et la purée de potiron. Mélanger.
Mélanger à part la farine avec le bicarbonate, la levure, le sel et l'épice.
Incorporer ce mélange à la préparation jusqu'à ce que la farine soit complètement amalgamée puis ajouter et mélanger rapidement les pépites de chocolat. Réfrigérer 30 minutes.

Note: la pâte peut se conserver au réfrigérateur pendant une nuit pour des cookies frais le lendemain!


Avec les mains, former des boules d'environ 3,5 cm et les déposer sur une plaque de cuisson tapissée de papier sulfurisé en prenant soin de les espacer (les cookies vont un peu s'étaler en cuisant).

Cuire 8 - 10 min (les cookies doivent avoir une belle coloration orange dorée mais ils doivent rester mous). Sortir du four et transférer délicatement (à l'aide d'une spatule) les cookies sur une grille pour stopper la cuisson.

Glacer avec du chocolat noir fondu pour une version gourmande!

Ces cookies se conservent plusieurs jours dans une boîte hermétique et restent toujours moelleux.




Source: adapté de Culinate


07 novembre 2008

Pain de Minuit à la Mode Cendrillon

Non, ce n'est pas du jambon, c'est du bacon de dinde!!


Depuis le temps que la France a adopté la couleur orange pour le mois d'Octobre et que les étals débordent de Cucurbitacées en tous genres, c'est bien la première fois que je me laisse tenter par l'achat d'un potiron! A ma décharge, il faut dire que ce légume ne fait pas partie de mes traditions culinaires: à ma connaissance, la cuisine juive tunisienne n'utilise ce légume que dans 2 plats, le couscous aux fèves et potiron (excellent d'ailleurs mais je ne mange que celui de ma mère!!) et les beignets de courge au miel traditionnellement consommés le jour du nouvel an juif.
Cette fois-ci, il ne m'en a pas fallu beaucoup pour me laisser convaincre: les enfants qui enfin apprécient les fameux beignets, le raz de marée de recettes à base de potiron sur les blogs anglo-saxons, le concours 750g et surtout ça (clic)!
Vous vous en doutez, c'est bien sûr vers un pain que je me suis tournée pour ma première tentative et il ne m'a pas été difficile de trouver la recette que je voulais, celle d'un vrai pain à la mie moelleuse et à la croûte croustillante.
A l'occasion de l'After hours party de Zorra où les participants au World Bread Day ont l'habitude de refaire une des recettes proposées pour l'évènement, c'est celui de BakingHistory que j'ai choisi et revu à ma sauce.
Il n'a pas fait long feu!!


(pour une grosse miche)


  • 600g de farine T65
  • 1/2 à 3/4 cc de levure sèche instantanée
  • 1 à 2 cc de sel
  • 1 cs de sucre
  • 200g de purée de potiron
  • 180ml de lait
  • 180ml d'eau
  • 15g de beurre mou (ou margarine)
  • 1 poignée de graines de courge (facultatif)


Purée de Potiron

Le potiron étant constitué à plus de 95% d'eau, il est essentiel lorsque l'on veut l'incorporer dans des préparations solides (pâte à pain, brioche, tarte, cookies) d'éliminer la majorité de cette eau pour éviter le détrempage. Pour cela, il est préférable de cuire le potiron à la vapeur ou mieux encore de le cuire au four.



J'ai utilisé de la courge musquée de provence vendue en parts (1/4 de potiron) et sans graines.

Préchauffer le four th 5 (150°C). Huiler très légèrement une plaque de cuisson.
Détailler les parts en tranches de 1 à 2 cm de large et les coucher sur la plaque de cuisson. Enfourner et cuire jusqu'à ce que la chair soit tendre (le temps de cuisson dépend bien sûr de la quantité de potiron; j'ai laissé 40 min pour environ 1,6 kg de courge musquée).
Entrouvrir la porte du four éteint pour laisser échapper la vapeur et laisser le potiron cuit sécher à l'intérieur.
Réduire en purée au presse-purée ou au robot selon la consistance voulue. Conserver au réfrigérateur couvert d'un film alimentaire pendant plusieurs jours ou congeler dans des bacs à glaçons.

Note: si la purée dégorge un peu, la laisser égoutter dans un grand tamis mais si elle paraît encore trop pleine d'eau, la refaire dessécher au four


Préparation du pain


Dans un grand saladier, verser la farine et mélanger avec la levure sèche. Ajouter le sel et le sucre, mélanger et creuser un puits. Verser la purée de potiron, le lait, l'eau et le beurre mou puis mélanger à l'aide d'une cuillère en bois en partant du centre et en élargissant le mouvement vers les bords du saladier pour intégrer la farine.
Dès que la pâte se détache des bords du saladier et forme un amas autour de la cuillère, la transvaser sur le plan de travail légèrement fariné et la pétrir une dizaine de minutes jusqu'à ce qu'elle soit souple, lisse et élastique.
Mettre la pâte en boule dans le saladier, couvrir et laisser lever 1h30 environ ou le temps que la pâte double de volume.

Transvaser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné et l'écraser doucement avec la main. Ajouter les graines de courge et malaxer pour les incorporer dans la pâte de manière homogène.
Façonner la pâte en grosse boule serrée régulière et la déposer sur une plaque de cuisson saupoudrée de semoule de blé ou de maïs (à défaut, garnir la plaque de papier cuisson).
Couvrir et laisser reposer environ 1h30 (la pâte doit avoir gonflé mais sans doubler de volume, elle est prête dès que l'empreinte du doigt appuyé doucement à la surface revient lentement dans sa position initiale).


Préchauffer le four th 8 (240°C) en mettant un récipient métallique rempli d'eau sur la grille.

Fariner et inciser le pain selon votre fantaisie et enfourner immédiatement.
Au bout de 2 min de cuisson, vaporiser les parois du four avec de l'eau pour créer de la buée, continuer la cuisson pendant 10 min environ puis baisser le thermostat à 7 (210°C) et poursuivre la cuisson 30 à 40 min.
Le pain est cuit quand sa surface a une couleur caramel clair et que le dessous sonne creux. Refroidir sur une grille.

Note: si le pain perd de son croustillant en refroidissant, le repasser au four th 5 (150°C) quelques minutes.


Source: adapté de BakingHistory d'après la recette de Mary J. Lincoln dans Mrs Lincoln Boston Cook Book, 1916-USA

04 novembre 2008

Caramel en Cadeau & Pommes d'Amour


Vous l'aurez sans doute remarqué: la rigueur avec laquelle j'essaie d'écrire mes billets sur ce blog est inversement proportionnelle au joyeux désordre fantaisiste avec lequel je les publie. Glace aux prunes fin octobre, truffes chocolatées au mois de Février, ... et je ne parle même pas du temps perdu à retrouver mes notes sur une recette préparée plusieurs semaines voire plusieurs mois avant d'être publiée!!
Et pourtant, en bonne scientifique à l'esprit cartésien, j'éprouve une énorme satisfaction quand de temps en temps sur ce blog, 1+1 égalent à nouveau 2 en toute logique et sans aucun effort.


Ma fille qui revient d'une visite chez le médecin avec une grosse poignée d'abaisse-langue gracieusement offerts, des petites pommes plein la corbeille à fruits, les couleurs rougeoyantes de l'automne, le mois d'octobre avec Halloween et ses friandises... vous me voyez venir!!


Petite cerise sur le gâteau de ce puzzle si logiquement assemblé: mes pommes d'amour dégoulinantes de caramel ont été réalisées 2 jours avant d'apprendre que cette photo avait gagné l'édition de septembre du jeu DMBLGIT dans la catégorie Edibility dont le critère est "qui donne envie d'être dévoré".
Quoi de plus naturel alors que de partager sans tarder cette recette pour fêter l'évènement et l'offrir en retour à Cenk, Paul, Mark et Allen pour ce cadeau improvisé??
Thank you guys, I'm truly honoured!


(pour 6 belles pommes)


  • 6 pommes de préférence bio et plutôt acides
  • 400g de sucre
  • 120g de sirop de glucose
  • 180ml d'eau
  • 1/4 cc de colorant rouge alimentaire
  • 1 cc d'extrait de vanille liquide (optionnel)

Laver et frotter énergiquement les pommes et les sécher parfaitement. Retirer le pédoncule et insérer un bâtonnet de bois à la base de la pomme (côté opposé au pédoncule) jusqu'aux 2/3.

Note: utilisez de préférence des baguettes chinoises, plus solides que les pics à brochettes ou des bâtons de glace. J'ai utilisé des "abaisse-langues" médicaux!!

Garnir un plateau ou une plaque à pâtisserie avec du papier sulfurisé ou du papier cuisson légèrement beurré.

Dans une casserole moyenne à fond épais, verser le sucre, le sirop de glucose et l'eau.
Mettre sur feu vif et porter à ébullition en remuant de temps en temps jusqu'à complète dissolution du sucre.
Baisser le feu (feu moyen) et laisser le sucre cuire environ 25 min jusqu'au stade grand cassé (145-150°C).

Note: si vous ne possédez pas de thermomètre de cuisson, prélevez régulièrement un peu de sirop et versez quelques gouttes dans un bol d'eau glacée. Testez la consistance de la "goutte" de sirop entre vos doigts. Au stade grand cassé, elle doit être dure et croquer sous la dent sans coller. Le sirop à ce stade doit toujours être incolore.

Hors du feu, ajouter le colorant et remuer la casserole doucement pour mélanger puis ajouter éventuellement la vanille dès disparition des bulles.

Note: comme vous pouvez le constater sur les photos, je n'ai pas toujours la patience d'attendre la disparition des bulles avant de caraméliser les pommes: le résultat est moins esthétique (c'est si beau une pomme d'amour parfaitement lisse!) mais tout aussi bon, je vous rassure!!

Plonger les pommes une par une dans le sirop de sucre en penchant la casserole et en faisant tourner la pomme doucement et une seule fois pour la recouvrir entièrement et uniformément. Egoutter rapidement et laisser durcir sur la plaque garnie de papier sulfurisé.



Vous pouvez préparer les pommes d'amour à l'avance et les conserver à l'abri de l'humidité, de la poussière et de la chaleur. Vous pouvez aussi envelopper les pommes d'amour dans du papier cellophane pour une présentation "sucette". Et pour une version américaine, pensez à décorer les pommes avec de la noix de coco ou des vermicelles de couleur ou encore des noisettes (amandes, noix etc..) concassées juste après les avoir trempées dans le sirop caramelisé ;)


Source: adapté de Martha Stewart

D'autres gourmandises de foires et fêtes foraines à déguster ici:
  1. les churros (clic)
  2. les guimauves (clic)
  3. les pralines (clic)
LinkWithin Related Stories Widget for Blogs