31 mai 2007

George Clooney's Panna Cotta


(pour 6 ramequins)

  • 300g crème liquide (végétale pour moi)
  • 200g lait (soja)
  • 1 gousse de vanille
  • 2 cs sucre
  • 3 à 4 cc café soluble (pour moi, 2 dosettes de Nescafé Espresso que j'aime beaucoup)
  • 10g agartine végétale (ou 8g gélatine)
  • 1 cs amaretto (facultatif)

Verser la crème et le lait dans une casserole à fond épais et mettre à chauffer sur feu doux (ne doit pas bouillir!!). Ajouter le sucre au mélange tiède et remuer pour bien le dissoudre.

Note: ma crème sans lait étant déjà un peu sucrée, je n'ai ajouté qu'1 cs de sucre; la recette originale en prévoit 150g, je pense que c'est beaucoup trop)


Fendre en deux la gousse de vanille, gratter l'intérieur avec la pointe d'un couteau pour récupérer les graines et ajouter le tout au mélange crème/lait.
Retirer la casserole du feu et laisser infuser 5 min.
Ajouter le café soluble, bien mélanger pour le dissoudre, ajouter l'agartine, mélanger puis remettre la casserole sur feu doux et laisser cuire 2 minutes. Ajouter l'amaretto (facultatif), ôter du feu et filtrer la préparation dans un chinois ou un simple tamis.

Remplir les ramequins avec de l'eau froide puis renverser l'eau (cette étape permet d'éviter à la panna cotta de coller au moule).

Répartir la panna cotta dans les ramequins et réfrigérer au moins 3 heures.

Pour servir, plonger les ramequins un par un dans un fond d'eau brûlante puis démouler les panna cotta directement sur les assiettes de service.

Ma suggestion de présentation: Décorer avec des grains de café chocolatés, saupoudrer finement de cacao en poudre non sucré et verser un filet de chocolat fondu tiédi. La recette originale propose des amaretti en accompagnements: sans, elle était parfaite.



Anaïk, je te dédie cette recette à déguster les yeux fermés en bonne compagnie dans une villa aux bords du lac de Côme...

(*) clic clic clic

Source: adapté d'une recette de Paul Merett sur bbc.co.uk

28 mai 2007

Tulipes Chocolatées

Dans la série "Le comble de la Gourmandise" avec sa vaisselle craquante à croquer que j'affectionne tant, après le "sculpté", le "moulé" et le "raffiné", voici le plus ludique, le plus simple.. et le plus "chocolaté".
Aucun ingrédient improbable, aucun matériel sophistiqué: ces tulipes chocolatées sont un éloge à la simplicité. Moulées naturellement en plongeant un petit ballon dans du chocolat fondu, ces coupelles servent de support à toutes les fantaisies: fruits rouges, crème fouettée, glace, mousses ou bonbons... une idée géniale et gourmande du chef Marcel Desaulniers proposée par Baking With Julia: Based on the Pbs Series Hosted by Julia Child.


(pour 10 tulipes moyennes ou 15 petites)
  • 300g chocolat noir minimum 52%
  • petits ballons type ballons à eau

Hâcher le chocolat en petits morceaux et le mettre dans un bol résistant à la chaleur suffisamment grand pour contenir un ballon à eau gonflé (un cul de poule moyen est idéal).
Le faire fondre au bain-marie (sur une casserole d'eau frémissante) en remuant de temps en temps jusqu'à obtenir une crème lisse et onctueuse.
Retirer du feu et laisser tiédir.

Gonfler les ballons selon la taille des coupelles désirée et les fermer hermétiquement (et non, on ne lave pas les ballons!!).

Préparer une plaque de cuisson ou un plateau assez large et recouvrir de papier cuisson ou sulfurisé.

Lorsque le chocolat est revenu à une température autour de 30-32°C (il doit être suffisamment chaud pour être encore fluide mais pas trop pour ne pas faire éclater les ballons), le remuer avec une cuillère pour vérifier sa fluidité et son homogénéité puis tremper les ballons un par un dans le bol de chocolat fondu de façon à recouvrir le fond du ballon sur 5 cm minimum (coupelles rondes simples). Soulever rapidement le ballon, laisser égoutter le chocolat en excès et déposer sur le papier sulfurisé.

Pour obtenir des coupelles en forme de tulipe, basculer le ballon d'avant en arrière et de droite à gauche pour faire remonter un peu de chocolat sur les côtés et former ainsi les pétales de la tulipe.

Placer le plateau ou la plaque avec les ballons au réfrigérateur environ 30 minutes pour que le chocolat prenne bien.

Juste avant d'utiliser les coupelles chocolatées (elles doivent être froides), les sortir du réfrigérateur, percer le ballon avec la pointe d'un couteau et le retirer délicatement (particulièrement sur le fond qui peut être mince et plus fragile si le chocolat a été trop égoutté).


Garnir et servir immédiatement.


Ces coupelles chocolatées peuvent se préparer à l'avance (3 jours) et se conservent au réfrigérateur recouvertes de film alimentaire.



Source: adapté de
Baking with Julia, Dorie Greenspan, Ed. Morris



en vidéo, le making of

18 mai 2007

Focaccia alla Pugliese


Originaire de Gênes, la focaccia tout comme la pizza se retrouve partout en Italie sous forme ronde ou rectangulaire, moelleuse ou croustillante, épaisse ou fine, nature ou enrichie de condiments, salée ou sucrée... autant dire que les variantes ne manquent pas et qu'il y en a vraiment pour tous les goûts.
La particularité de cette focaccia de la région de Puglia (Pouilles) à l'extrême sud de l'Italie est que la pâte est confectionnée en partie avec des pommes de terre, ce qui lui confère une mie extrêment légère malgré sa large épaisseur. L'huile parfumée à la tomate donne à la croûte molle des tons subtils de rouge. Coupée en carrés ou en lannières épaisses, cette focaccia accompagne parfaitement toutes sortes d'antipasti: légumes grillés, olives, charcuteries ou tout simplement une huile d'olive fruitée.


(pour une focaccia rectangle 32 x 38 cm ou 2 focaccie rondes 23 cm)
  • 500g farine T65 ou T55
  • 1,5 cc levure sèche instantanée (ou 12g levure fraiche)
  • 2 cc (10g) sel
  • 275g pommes de terre bouillies, pelées et réduites en purée
  • 280ml eau
  • 2 à 3 cs huile d'un bocal de tomates séchées à l'huile (à défaut 2 à 3 cs huile d'olive mélangées à 1/2 cc concentré de tomate)
  • 2 cc origan séché

Dans un grand saladier, mélanger la farine avec la levure sèche et le sel. Ajouter les pommes de terre, mélanger puis creuser un puits et y verser l'eau. Mélanger à partir du centre avec une cuillère en bois ou avec la main en faisant retomber la farine petit à petit jusqu'à ce qu'elle soit complètement amalgamée.
Verser la pâte sur un plan de travail légèrement fariné et pétrir 8 à 10 min en fleurant régulièrement jusqu'à obtenir une pâte souple, élastique et non collante.
Mettre la pâte dans un saladier légèrement huilé en la tournant pour que toute sa surface soit recouverte d'huile. Couvrir avec du film alimentaire et un torchon et laisser lever 1h30 à 2h (la pâte doit doubler de volume).

Notes
  1. j'ai utilisé des pommes de terre (Roseval) bouillies de la veille que j'ai simplement coupé en petits morceaux
  2. j'ai remplacé 2 cs d'eau des 280ml par 2 cs d'huile d'olive (ce n'était pas une riche idée!)
  3. j'ai utilisé ma MAP pour le pétrissage et la 1ère levée (et j'ai oublié ma pâte dedans!!!)

Verser la pâte sur le plan de travail et diviser en 2 morceaux si vous désirez des fougasses rondes de taille pizza. Bouler sans la serrer la pâte et la déposer dans 2 moules à manquer de 22 cm légèrement huilés ou dans la plaque de cuisson du four huilée ou recouverte de papier sulfurisé.
Etaler la pâte d'abord en l'écrasant doucement du plat de la main puis en l'étirant petit à petit vers les bords jusqu'à remplir pratiquement le moule ou la plaque (disons jusqu'à 1 à 2 cm des bords).

Note: en pratique, j'huile légèrement mes mains ou la surface de la pâte, ce qui la rend plus facilement manipulable (elle s'étire plus facilement et il y a moins de risques de déchirement) et j'écrase gentiment la pâte avec la paume de mes mains en la tirant petit à petit vers les bords.

Couvrir avec un linge propre et laisser lever environ 45 min (la pâte va à nouveau doubler de volume et remplir complètement les moules).

Préchauffer le four th 7 (210°C).
Badigeonner la surface de préférence au pinceau avec l'huile de tomates séchées puis plonger le bout des doigts sur toute la surface de la pâte pour marquer des indentations (enfoncer la pulpe du doigt sur environ 1 cm, le but n'est pas de traverser la pâte et de la déchirer).

Note: la pâte est pleine de bulles d'air, l'écraser de cette manière permet de la laisser "plate" sur toute sa surface - autrement, elle gonflerait au centre. Ces indentations forment également des petits puits qui recueillent l'huile et les herbes ou le gros sel dont on parsème traditionnellement les focaccie.

Parsemer la surface de la pâte avec l'origan puis enfourner et cuire jusqu'à ce que la focaccia prenne une belle couleur dorée environ 25 min. Refroidir sur une grille.


Source: adapté de The Italian Baker, Carol Field, ED. Harper Collins

technorati tags:


D'autres focaccie??
  1. aux tomates cerises ou basilic et fleur de sel
  2. aux raisins frais
  3. aux abricots
  4. mozarella chez Peggy
  5. en images
  6. aux olives noires chez Zoubida

Libellés : , ,

25 Comments:

Blogger JvH said...

Buooooona! E bella, poi!
Il faut absolument que j'essaye cette recette avec pommes de terres!

18/5/07 7:18 PM
Blogger Papilles et Pupilles said...

Il est magnifique Sandra !

18/5/07 7:22 PM
Anonymous madjy said...

elles magnifique ta focaccia ,je mets souvent de la pdt dans mes krachels ou brioches c'est vrai que ça les rends plus moelleuses ;-)

18/5/07 8:36 PM
Anonymous Tiuscha said...

Bellissima ! Tu es vraiment très douée, il n'y a pas de doute !

18/5/07 9:20 PM
Blogger veronica said...

mment ne pas laisser des petites pommes de terre oubliees... et bien une tres belle idee moelleuse...

19/5/07 7:28 AM
Blogger Sophie said...

Tout le bonheur de l'italie. Merci Sandra !

19/5/07 9:04 AM
Anonymous Marie Flo said...

Je ne connaissais pas! A tester c'est sûr car cette recette me parait bien bonne.

19/5/07 2:44 PM
Blogger angie said...

Che bella focaccia! Je viens de Pouilles et meme si on n'ajoute pas toujours de pommes de terre à cette pate, bien sure elles ajoutent du moeulleux à la recette...perfetto!
Ton blog est mon préféré coté pain/traiteur/viennoiserie :-), bravo!

19/5/07 4:55 PM
Anonymous popeline said...

Elle est superbe j'adore sa mie, vraiment !
Je n'en ai jamais faite, ça donne terriblement envie !

Bonne soirée

19/5/07 5:15 PM
Anonymous Popeline said...

Coucou Sandra,

Devant cette beauté, je n'ai pu résister et je l'ai à mon tour testée, tard hier soir !

Mes impressions ? un délice de pain !
La pomme de terre ajoutée à la pâte apporte du moelleux.
Ce pain délicatement aromatisé est parfait, comme ceux que j'aime déguster.
Je le mettrai bientôt en photos sur mon blog,a vec bien entendu, un lien vers le tien.
Merci beaucoup pour cette recette !

Bises

20/5/07 11:39 AM
Anonymous lilizen said...

Je viens d'apprendre que la foccacia se faisait avec des pdt, c'est super !
Je note tu penses !

20/5/07 2:19 PM
Anonymous annie dedicacessen said...

Oui, non, dans les pouilles y pas toujours de la patate dans la focaccia, hein. Mais je vais tester, parce que je sais le pouvoir moellisant (parfaitement, je persiste : moellisant, madame )de la chose dans les pâtes à pain. Et puis après, il ne me restera qu'à trouver de fines tranches de parme, une ou deux mozarrella de bufflone tressées, et puis une plage. Parce que la focaccia, c'est là qu'elle est la meilleure : au bord de la mer.
Ou dans la gare de Bari au petit matin.

20/5/07 8:57 PM
Blogger gad said...

Ah sandra, je lis tous les jous ton blog et tu es geniale.
j attendais une recette de cheese cake pour chavouot , le mien retombe tout le temps, tu as une idee ?

merci encore pour ton blog
caroline

21/5/07 3:19 PM
Blogger Flo said...

Superbe Focaccia !!! Elle donne vraiment envie, à tester rapidement !

21/5/07 3:41 PM
Blogger Dorian said...

Et pourtant j'ai renoncé au pain depuis un moment... alors pourquoi j'ai toujours autant de plaisir à passer par chez toi et à retrouver ces pains... peut-être parce que je n'ai renoncé qu'à les faire et pas à rêver devant !

22/5/07 12:23 AM
Blogger Gracianne said...

Molto bella, et cette croute un peu rouge...quels merveilleux sandwichs elle doit faire.

22/5/07 9:56 AM
Blogger trinidad said...

j'en ai mangé ce WE en italie, c'est vrai que c'est que du bonheur !

22/5/07 9:57 PM
Blogger Je cuisine said...

Mamma mia la focaccia!!! Com'è buona e riflete il sapore dell'italia!!! Ogni volta che vado in italia ne prendo un pezzo la mattina prima del pranzo!!! Brava per la ricetta!!!

23/5/07 3:37 PM
Anonymous mickymath said...

quel superbe focaccia!! biiiises micky

23/5/07 8:22 PM
Anonymous paola said...

La focaccia mi piace in tutti i modi.
Je pique ta recette.

23/5/07 9:21 PM
Anonymous sylvieaa said...

J'imagine comme ça doit être bon, je teste au plus vite.

23/5/07 10:45 PM
Blogger confituremaison said...

C'est terrible, je ne vois pas les photos! Je sais qu'elle est magnifique, j'imagine cette mie et cette croute...dur, dur! J'essaie plus tard.

25/5/07 9:05 PM
Blogger Miechambo said...

Je n'ai toujours pas de MAP..... je dois être la dernière irréductible ..... mais je vais tenter ta recette tout simplement avec l'aide mon robot et de mes mains. Les photos sont tellement belles et tentantes que ça mérite bien un petit essai.
Michèle

27/2/08 8:29 PM
Blogger Sandra Avital said...

Miechambo, je fais exceptionnellement mes pains autrement qu'à la main. Si j'ai utilisé ma map cette fois-là, j'avais sûrement une bonne raison ;)
Aucun problème pour te lancer et au pire, tu as un robot!

27/2/08 8:39 PM
Blogger irisa said...

Bonjour Sandra ! juste un mot en passant pour te dire que je me suis servie de cette pâte pour faire une " focaccia-pizza " alla pugliese !
http://cuisinetcouleurs.canalblog.com/archives/2008/06/21/9492881.html
Délicieuse !

21/6/08 3:11 PM

15 mai 2007

Pinza: Mystère au Coeur d'une Brioche

L'inconvénient quand réalisation d'une recette et sa publication ne sont pas synchronisées, c'est le risque d'oublier certains détails comme les temps précis de repos ou de cuisson (un comble pour moi!) voire de perdre dans la 4ème dimension informatique des photos prises de presque chaque étape! C'est ce qui m'arrive (régulièrement) et particulièrement avec cette recette réalisée il y a 3 mois.
Au cours de mes (nombreux) vagabondages sur le net, j'étais tombée sur cette recette de briochettes au nom étrange et mystérieux au coeur garni d'une crème chocolat noisettes. Une semaine auparavant, j'avais préparé une friandise composée de chocolat, nougat et amandes (nouga'choc): un regard sur la boîte, un autre sur la recette: le calcul fut rapide.
Et voilà comment sont nées les Pinza, petites brioches moelleuses mêlant le fondant du chocolat et le craquant des amandes, si simples à réaliser qu'elles se passent volontiers de photos détaillées.


(pour 15 briochettes)

Pour le levain-levure
  • 125g farine T55
  • 35g levure fraiche ou 4 cc levure sèche instantanée
  • 125g lait

Pour la Pâte
  • 375g farine T55
  • 3 oeufs
  • 100g sucre
  • 1,5 cs lait
  • 70g beurre

Pour la garniture
  • 150g crème noisettes (remplacée par des nouga'choc coupés en 2)
  • sucre glace

Préparation du levain-levure

Mélanger la farine avec la levure sèche et ajouter le lait en remuant au fur et à mesure avec une cuillère en bois: la pâte doit être épaisse et homogène. Couvrir avec un linge et laisser reposer la nuit.

Préparation de la pâte

La pâte se prépare indifféremment à la main, au robot ou dans la MAP.

Mélanger la farine et le sucre et une pincée de sel: creuser un puits, y verser les oeufs et le levain-levure puis mélanger d'abord avec la cuillère en bois (si fait main) ensuite transvaser sur le plan de travail pour travailler la pâte.
Ajouter le beurre mou en 2 ou 3 fois pour bien l'incorporer, et pétrir au moins 5 min jusqu'à ce que la pâte soit lisse, souple et élastique.

Note: j'ai ajouté un peu de lait, car je trouvais la pâte trop ferme à mon goût
Couvrir et laisser reposer environ 1h.


Préparation de la garniture

Environ 10 à 15 min avant la fin de la première levée, préparer la garniture des briochettes.
Si on utilise de la crème noisettes comme dans la recette originale, prélever des billes avec une cuillère parisienne et les rouler légèrement dans le sucre glace (prévoir 15 billes de la taille d'une cerise). La crème se présente sous forme de pâte, je suppose que l'on peut facilement la remplacer par autre chose de chocolaté ou de fruité (pâte de dattes par exemple).

J'ai de mon côté utilisé mesnouga'choc qui présentaient l'avantage, en plus d'être malléables et donc faciles à façonner en billes, d'être composés en partie de nougat et d'amandes pour la petite touche croquante qui me fait craquer!


Façonnage des Pinza

Verser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné. Diviser en 15 morceaux de même poids et laisser détendre 5 min couvert. Façonner des boules régulières (*) en introduisant dans chacune une bille gourmande chocolatée et en refermant bien la clé pour ne pas la laisser s'échapper.
Déposer les boules dans des moules à muffins souples ou tapissés d'une caissette en papier ou encore dans des moules à briochettes beurrés. Laisser lever environ 1h (les briochettes doivent avoir doublé de volume).
Préchauffer le four th 6 (180°C). Dorer les Pinza au jaune d'oeuf délayé dans un soupçon d'eau ou de lait. Décorer éventuellement avec une demi-noisette, amande ou autre selon la garniture choisie.
Cuire environ 15-20 min. Laisser tiédir avant de démouler sur une grille.

(*) Essayer au maximum de centrer le boulage autour de la bille chocolatée de manière à ce qu'elle reste invisible même après levée et cuisson: effet surprise garanti!
Attention, si vous utilisez à la place de la crème noisette du chocolat pur ou fourré (en cas de recyclage de petits oeufs de pâques par exemple) ou d'autres chocolats bonbons (comme ici), il faut absolument bien refermer la boule de pâte au moment du façonnage pour éviter les coulures à la cuisson.



Source: adapté de Callebaut Chocolate Academy

09 mai 2007

Rose Requia

La Vie en Rose pour Requia


La Vie tout simplement..


Concerto Chocolaté: Le Pleyel.

Il en est du chocolat comme de la grande Musique: quand on aime, on ne se lasse jamais des classiques. Noir comme le piano dont il porte le nom, ce gâteau au chocolat du "sorcier de la ganache" Robert Linxe, créateur de la célèbre Maison du Chocolat, allie un goût corsé et une texture extrêmement moelleuse due à la combinaison de poudre d'amandes et de sucre glace dans sa composition. Un merveilleux gâteau à laisser absolument se bonifier au moins une nuit pour encore plus de saveur.. Si vous êtes l'amateur de "bonnes et belles choses" auquel s'adresse Robert Linxe, je vous invite chaleureusement à rejoindre les autres musiciens, Tit, Lilizen, Pascale, Lolie.. pour un concerto très très très gourmand...


(pour un moule à cake 25 cm)
  • 200g chocolat noir 70%
  • 180g beurre
  • 1 sachet sucre vanillé
  • 5 oeufs
  • 200g sucre glace
  • 75g poudre d'amandes
  • 100g farine
  • 20g sucre en poudre

Beurrer le moule et réserver au frais.
Préchauffer le four th 6-7 (190°C).

Hacher le chocolat en petits morceaux et le mettre dans un bol résistant à la chaleur. Faire fondre au bain-marie sur feu doux puis ajouter le beurre coupé en morceaux et mélanger doucement jusqu'à formation d'une crème onctueuse et lisse.
Toujours sur le bain-marie, ajouter le sucre vanillé, les jaunes d'oeufs et le sucre glace puis mélanger avec une cuillère en bois.
Ajouter la poudre d'amandes, retirer le bol du bain-marie puis ajouter la farine et mélanger le tout.

Battre les blancs en neige ferme avec une pincée de sel ou quelques gouttes de jus de citron en les serrant à mi-parcours avec le sucre en poudre.
Ajouter une grosse cuillère de blancs dans la préparation au chocolat et mélanger pour détendre la pâte, puis incorporer délicatement le reste des blancs en 2 ou 3 fois avec une spatule en caoutchouc. La pâte doit être homogène.

Fariner le moule beurré refroidi en tapotant pour ôter l'excédent, verser la pâte et cuire environ 30 min ou jusqu'à ce que la lame d'un couteau enfoncée au centre du gâteau ressorte propre.
Laisser tiédir dans le moule inversé sur une grille puis démouler.

Comme c'est souvent le cas pour les gâteaux au chocolat, le Pleyel est meilleur le lendemain. Bien emballé, il se conserve plusieurs jours et reste moelleux. Ce gâteau est une merveille, à mon avis bien meilleur que le cake Valrhona..



Source: adapté de la recette de Robert Linxe (La Maison du chocolat) parue dans Lexpress.fr

04 mai 2007

Sweet Saffron Buns: A Taste of Yellow

A l'initiative de la LAF fondation créée par Lance Armstrong et dans le cadre de son programme Livestrong, une journée spéciale aura lieu le 16 Mai prochain aux Etats-Unis: Livestrong Day.

Livestrong a pour but de soutenir dans leur combat et leur vie quotidienne les personnes atteintes de cancer ou y ayant survécu et de faire de cette maladie une priorité nationale. Parmi les nombreux évènements organisés pour soutenir le Livestrong Day, A Taste of Yellow, organisé par Barbara de Winosandfoodies propose de préparer un plat à base d'un aliment de couleur jaune et d'envoyer sa participation avant le 7 Mai: tous les plats seront réunis le 16 Mai.

Edit du 17/05: Pour voir les 148 participants (!!), c'est !

De l'arabe za'faran (jaune), le safran partage avec l'or sa couleur et sa valeur puisqu'il est l'épice la plus chère du monde.


Même si de nos jours, le safran est généralement associé aux cuisines de Méditerranée et d'Asie, il fut un temps où il était très utilisé en Angleterre (Saffron Walden dans l'Essex porte encore le nom de l'épice qui y était cultivée au 16ème siècle). Aujourd'hui encore, le Cornish Saffron Cake (ou Bread) est un des pains aux raisins les plus connus d'Angleterre, particulièrement dans les Cornouailles comme son nom l'indique, où il se présente plutôt sous la forme de gros buns.
To Barbara and everyone else in this world who is still fighting this terrible disease: LiveSTRONG!


(pour 1 pain moyen ou 9 buns)

Pour le levain-levure
  • 100ml lait à température ambiante
  • 0,75 cc levure fraîche ou sèche
  • 100g farine T65 ou 55

Pour la pâte
  • 1 cc filaments de safran
  • 0,75 cc eau bouillante
  • 250g farine T65 (ou 55)
  • 30g sucre
  • 0,5 cc sel
  • 30g beurre ramolli
  • 150ml lait
  • 100g raisins (noirs ou blonds)

Préparation du levain-levure

Dans un bol moyen, verser le lait (y délayer la levure fraîche éventuellement) puis ajouter la farine mélangée à la levure sèche. Mélanger avec une cuillère en bois: on doit obtenir une pâte semi-liquide et assez visqueuse. Couvrir et laisser reposer dans un endroit tiède à l'abri des courants d'air au moins 1h.
Le levain-levure doit former des bulles à la surface.

Note: j'ai laissé fermenter mon levain environ 1h45 ou 2h (?) car je me suis trompée de quantité de levure: j'ai mis 1/4 de levure instantanée au lieu des 3/4 préconisés!!


Préparation de la pâte

Faire infuser les filaments de safran dans l'eau bouillante qui va prendre une belle couleur jaune orangée.

Note: plus le temps d'infusion est long, plus l'arôme et la couleur du safran vont être vifs. Certains préconisent de laisser infuser au moins 12h. C'est une affaire de goût et également de qualité et de fraîcheur du safran (un vieux safran diffusera plus rapidement sa couleur)


Mélanger la farine avec le sucre et le sel dans un grand saladier. Ajouter le beurre mou coupé en morceaux et l'incorporer du bout des doigts aux ingrédients secs comme pour faire une pâte brisée (il ne doit pas rester de "paquets").

Ajouter à l'eau safranée le lait, mélanger puis verser le tout sur le levain-levure. Mélanger le tout: le levain-levure se disloque, forme des grumeaux qui disparaissent quand on mélange). Ajouter les raisins.

Note: le Cornish saffron cake contient normalement des raisins de Corinthe qui sont noirs, je suppose pour donner du contraste à la couleur jaune safranée du pain; J'ai préféré utiliser une majorité de raisins blonds pour rester dans le thème "Jaune"


Verser le mélange "liquide" dans le saladier contenant les ingrédients secs et mélanger avec la main (ou la cuillère en bois). La pâte doit former une boule qui se rassemble bien mais qui est encore collante.
Couvrir le saladier et laisser reposer 10 min (ce temps permet à la farine d'absorber le maximum de liquide; au bout de ce temps, lea pâte a un aspect plus "compact" bien que toujours collante).

Verser la pâte sur un plan de travail légèrement huilé et la pétrir 1 ou 2 min pour qu'elle soit homogène. Former une boule et la mettre dans un saladier propre. Couvrir et laisser reposer 10 min. Répéter cette opération: pétrir, façonner en boule puis remettre dans le bol. Couvrir et laisser lever 1h.

Note: pour la raison évoquée plus haut (quantité de levure), j'ai laissé reposer plus longtemps environ 1h45 - 2 h.

Verser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné.
  • pour façonner des buns, diviser en 9 morceaux de même poids (environ 85g)
  • pour façonner un pain moulé, bouler la pâte et l'allonger grossièrement en forme d'ovale
  • pour façonner en S (option de Dan Lepard), façonner la pâte en gros bâton
Couvrir avec du film alimentaire ou un linge et laisser détendre 10 min.

Façonner la pâte selon le type choisi: des boules régulières pour les buns, un rectangle replié selon CES instructions pour le pain moulé ou un long boudin de 50 cm pour faire le S façon suédoise.
Déposer les buns ou le S sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, couvrir et laisser lever environ 1h.

Préchauffer le four th 6 (180°C).
Dorer les buns ou le pain avec un oeuf entier battu avec une pincée de sel. Enfourner et cuire environ 15 min pour les buns (un pain entier demandera un temps de cuisson plus long) jusqu'à coloration dorée. Refroidir sur une grille.

Ces petits buns tendres sont meilleurs mangés le jour même (comme tous ceux de la même famille de buns anglais d'ailleurs). S'ils tendent à raffermir le lendemain, les passer 15 sec au four microondes ou autre possibilité, les déguster toastés nature ou beurrés.Si vous désirez obtenir une belle couleur jaune mais que vous n'appréciez pas le goût ou le parfum du safran, vous pouvez le remplacer par du curcuma à l'arôme beaucoup moins marqué, qui colore la pâte de la même couleur jaune or sans en avoir le prix (un exemple ici).

Bientôt sur ce blog une touche de couleur rose...


Source: adapté de The Handmade Loaf, Dan Lepard via bbc

LinkWithin Related Stories Widget for Blogs